Log in

goodpods headphones icon

To access all our features

Open the Goodpods app
Close icon
C dans l'air - Pillages, violences... Macron à l'épreuve - 01/07/23

Pillages, violences... Macron à l'épreuve - 01/07/23

C dans l'air

07/01/23 • 61 min

plus icon
Not bookmarked icon
Share icon

C dans l'air du 1er juillet : Pillages, violences... Macron à l'épreuve

Présentation: Maya Lauqué

LES EXPERTS :
- Driss AIT YOUSSEF - Docteur en droit public - Spécialiste des questions de sécurité
- Soazig QUEMENER - Rédactrice en chef du service politique - « Marianne »
- Aurelie HERBEMONT - Journaliste au service politique “RTL”
- Christophe BARBIER - Éditorialiste politique - Conseiller de la rédaction - « Franc-Tireur »

Trois jours après la mort du jeune Nahel, tué par un policier lors d'un contrôle routier, des violences urbaines et émeutes ont encore éclaté dans de nombreuses villes de France hier soir. 2650 incendies sur la voie publique ont été dénombrés et 234 bâtiments dégradés... Les pillages et les destructions se sont poursuivies. C'était notamment le cas à Marseille et à Lyon, alors que la situation s'est un peu calmée en Île-de-France. Pour tenter d'enrayer le cycle des violences, les autorités avaient encore renforcé leurs moyens hier. Dans l'ensemble, la nuit a semblé plus calme que la veille. C'était notamment le cas en Île-de-France où, mises à part quelques tensions aux alentours de minuit à Nanterre et une intervention de la Brav-M dans le secteur des Halles à Paris, le climat ne s'est pas envenimé. Gérald Darmanin, en déplacement dans la nuit à Mantes-la-Jolie pour remercier les forces de l'ordre, a annoncé que les violences ont été d'une "intensité bien moindre".
Le ministre de l'Intérieur a annoncé la mobilisation "exceptionnelle" de 45000 policiers et gendarmes pour éviter une quatrième nuit consécutive d'émeutes. À ces effectifs se s'ajoutent le déploiement de blindés de la gendarmerie et la poursuite du recours à des unités d'élite comme le GIGN pour faire baisser les tensions de la nuit précédente.
Signe de la tension actuelle, le président de la République Emmanuel Macron a annulé une visite d'Etat en Allemagne pour rester dans le pays avec le gouvernement.
Après les émeutes de ces dernières nuits, deux syndicats policiers, Alliance et Unsa-Police, majoritaires dans la police nationale, se sont insurgés dans un communiqué contre des "hordes sauvages". Ce tract incendiaire est révélateur de l’exaspération des troupes. Le vocabulaire guerrier employé a provoqué colère et indignation. Il n'a pas manqué de faire réagir les autres branches du syndicat Unsa, qui s'en sont désolidarisées. Frédéric Marchand, secrétaire général de l'Unsa-Éducation, a condamné des mots "inquiétants et insupportables". Les mots choisis par Alliance et Unsa-Police ressemblent en effet à une menace à peine voilée au gouvernement. La classe politique de gauche s'est elle aussi indignée. Jean-Luc Mélenchon, notamment, a affirmé que "les 'syndicats' qui appellent à la guerre civile doivent apprendre à se taire".

Jean-Luc Mélenchon n'est pas le seul personnage public à avoir réagi à la mort de Nahel, et aux événements qui s'en sont suivis. De gauche à droite de l'échiquier politique, les commentaires sont nombreux depuis quatre jours. La droite d'Eric Ciotti et l'extrême droite de Marine Le Pen rivalisent sur la volonté du retour à l'ordre. La cheffe du Rassemblement National, tout comme Eric Zemmour, voit dans ces émeutes une justification de sa volonté de tarir drastiquement l'immigration en France. La gauche marche de son côté sur une ligne de crête. Si tous les partis de la Nupes étaient présents à Nanterre pour la marche blanche en soutien à la famille de Nahel, ils ont du mal à parler d'une seule voie. La France insoumise met en avant la nécessité de justice quand le communiste Fabien Roussel appelle, lui, à la fin des violences.

A l'étranger, les émeutes qui secouent la France sont suivies de prêt. En Europe et au-delà, le traitement de ces événements par la presse varie selon que ces pays mettent l'accent sur les questions sécuritaires, culturelles, migratoires ou encore raciales. En Russie, on s'amuse des images d'Emmanuel Macron présent a un concert mercredi soir, pendant que de nombreuses villes brûlaient. Aux Etats-Unis et en Allemagne, on est marqué par le niveau de racisme de la police française. Les médias britanniques s'inquiètent de leur côté de l'organisation des Jeux Olympiques, qui doivent se tenir dans un an à Paris.

Que s’est-il passé la nuit dernière ? Quelle est la réaction de la classe politique à ces émeutes ? Comment la presse étrangère parle-t-elle de ces événements ?

07/01/23 • 61 min

plus icon
Not bookmarked icon
Share icon

Episode Comments

0.0

out of 5

Star filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey Icon
Star filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey Icon
Star filled grey IconStar filled grey IconStar filled grey Icon
Star filled grey IconStar filled grey Icon
Star filled grey Icon

No ratings yet

Star iconStar iconStar iconStar iconStar icon

eg., What part of this podcast did you like? Ask a question to the host or other listeners...

Post

Generate a badge

Get a badge for your website that links back to this episode

Select type & size
Open dropdown icon
share badge image

<a href="https://goodpods.com/podcasts/c-dans-lair-82523/pillages-violences-macron-%c3%a0-l%c3%a9preuve-010723-31378974"> <img src="https://storage.googleapis.com/goodpods-images-bucket/badges/generic-badge-1.svg" alt="listen to pillages, violences... macron à l'épreuve - 01/07/23 on goodpods" style="width: 225px" /> </a>

Copy